UFC QUE CHOISIR-HAUTE-LOIRE

Actualité

 FACEBOOK – Gare aux faux amis.

 

Des internautes se sont retrouvés avec des factures de téléphone salées près avoir été abordés sur Facebook par une personne qu’ils pensaient être de leur connaissance… Nos conseils pour ne pas vous faire avoir.

Sur Facebook plus qu’ailleurs, méfiez-vous de vos amis ! Michèle en a fait l’amère expérience..

Il y a quelques semaines, alors qu’elle est connectée à Facebook, une de ses amies l’aborde via la messagerie Messenger.

« Elle m’a dit qu’elle avait besoin de mon aide pour débloquer son téléphone. Il fallait que je compose un numéro commençant par 0899 et que je récupère un code que je devais ensuite lui transmettre. Je l’ai fait, mais comme cela ne suffisait pas, elle m’a demandé de renouveler l’opération encore et encore. Le manège a duré près de deux heures. »

C’est seulement le lendemain que Michèle réalise que les messages ne venaient pas de son amie et qu’elle a été victime d’une arnaque. Les surfacturations de 400 € apparues sur ses notes de téléphone ont confirmé ses craintes. Le fait que Facebook soit un terrain de chasse très apprécié des escrocs n’est pas une nouveauté. Mais le phénomène semble s’amplifier depuis quelques temps. Il faut dire que l’arnaque est relativement simple à mettre en place. Il suffit, dans un premier temps, de créer un faux profil Facebook reprenant le nom, le prénom et la photo d’un profil mal protégé, puis de lancer de nouvelles invitations à être « amis ». Dès qu’une demande est acceptée, l’escroc n’a plus qu’à engager la conversation et à convaincre son interlocuteur de composer des numéros en 0899, afin de récupérer des codes d’accès valables sur des sites de jeux, qu’il peut soit utiliser lui-même, soit revendre à des prix attractifs.  Certains, plus téméraires, vont même jusqu’à se faire passer pour des éditeurs et à créer leur propre service de micro paiement. Un technique plus risquée mais aussi plus rémunératrice.

Une protection mitigée.

Si vous avez été victime d’un de ses escrocs, tout n’est pas perdu. Même si rien ne les y oblige, les professionnels acceptent généralement de rembourser les sommes prélevées. Certains d’entre eux ont pris des mesures pour réduire le nombre d’arnaques et en réduire les conséquences (contrôle accru des éditeurs, mise en place de charte de déontologie, blocage des factures au-delà d’un certain montant, etc.). Mais le marché des numéros surtaxés est très rentable et, qu’ils soient opérateurs, éditeurs de contenus ou encore intermédiaires techniques, rares sont les acteurs de la chaîne qui sont prêts à prendre des mesures qui, à terme, risquerait de leur faire perdre de l’argent.

Alors tant pis si, à l’autre bout de la chaîne, des victimes d’escrocs se retrouvent en difficulté.

En pratique – Les bons réflexes.

  • Se méfier des invitations lancées sur Facebook par des personnes avec lesquelles vous êtes déjà « ami ». Leur profil peut avoir été usurpé.
  • Ne jamais appeler des numéros commençants par 0892 ou 0899 à la demande d’autrui.
  • Ecouter l’annonce tarifaire du début de chaque appel. Contrairement à ce qu’affirment certains escrocs, un appel vers un 089 n’est jamais gratuit et son coût ne peut pas être reporté sur la facture d’un tiers.
  • Si vous êtes victime, rendez-vous sur le site Infosva.org. C’est l’annuaire inversé des numéros surtaxés, dits SVA (Service à Valeur Ajoutée). Une fois indiqué le numéro que vous avez composé, vous verrez apparaître le nom du prestataire à qui il faut adresser votre demande de remboursement (par mail de préférence). Depuis le 1er janvier, vous pouvez aussi sur ce même site, signaler votre litige, afin d’aider les professionnels à lutter contre ces arnaques.

Cyril BROSSET- « Que Choisir » de janvier 2017.