UFC QUE CHOISIR-HAUTE-LOIRE

Energie - Environnement.

 Indemnisation après la Tempête, le chemin est parfois long…

Courant mars 2017, les dégâts causés par la tempête Zeus ont été très importants dans certaines régions.

Dès que le vent a fini de souffler, il faut déjà penser à contacter son assureur pour se faire indemniser : les dégâts constatés sur sa voiture, sa maison ou autre… Il n’est pas toujours facile d’y voir clair dans les démarches à mener.

Voici quelques conseils pour faire face aux intempéries et effectuer les démarches auprès des assurances :

 

Tuiles envolées, toit endommagé… Faites jouer votre assurance multirisque habitation

Si vous avez souscrit une assurance multirisque habitation (MRH, obligatoire pour tout locataire), vous bénéficiez d’une garantie contre la tempête aux mêmes conditions que la garantie incendie. Si vous êtes copropriétaire, interrogez votre syndic pour savoir si la copropriété a souscrit une telle assurance.

Pour déclencher la garantie tempête, les assureurs exigent que le vent ait endommagé un certain nombre de bâtiments de « bonne construction » ou d’arbres dans un rayon de 5 kilomètres autour du bien assuré. La plupart des sinistres survenus ces derniers jours devraient donc être pris en charge sans problème.

Mais si vous résidez dans les régions limitrophes de la tempête, les assureurs risquent de vous demander une attestation (payante) de la station météorologique la plus proche (certificat d’intempérie), indiquant que le vent soufflait à plus de 100 km/h.

 

Une franchise variable selon les contrats

Sont couverts les biens immobiliers, les biens mobiliers et les objets de valeur. À noter : une franchise, variable selon les contrats, vous sera appliquée. La garantie couvre aussi les dommages causés par la pluie à l’intérieur des bâtiments s’ils surviennent dans les 48 heures, ainsi que les frais de déblaiement des arbres s’ils ont causé des dommages.
Si votre maison est devenue inhabitable, votre assureur pourra prendre en charge, selon ce que prévoit votre contrat, les frais de votre relogement (garantie « frais de relogement ») ou les frais de gardiennage (frais de « garantie assistance »).
Suite aux coupures d’électricité, vous avez perdu le contenu de votre congélateur ? Certains contrats prévoient une garantie « contenu du congélateur ».

 

Attention aux exclusions

Les contrats d’assurance excluent la plupart du temps les constructions légères telles que les appentis de jardin ou les vérandas. Certains ne couvrent pas non plus les garages, les granges et les dépendances. Sont en général exclus les volets, stores, gouttières ou clôtures ainsi que les antennes de télévision. Relisez bien votre contrat.

 

Voiture écrasée… Faites jouer votre garantie dommages

En matière automobile, vous êtes couvert uniquement si vous avez souscrit pour votre véhicule une garantie dommages (vol, incendie, bris de glace, dommages au véhicule). Vous ne serez pas indemnisé si vous n’avez souscrit que l’assurance « responsabilité civile » obligatoire, dite « au tiers ».

 

Comment déclarer votre sinistre ?

Vous pouvez déclarer votre sinistre par lettre recommandée ou en allant directement chez votre assureur. Ne perdez pas de temps ! En théorie, vous devez déclarer le sinistre dès que vous en avez connaissance, au plus tard dans les cinq jours ouvrés.

Pour établir votre demande d’indemnisation, vous devez remettre à l’assureur un descriptif détaillé des pertes que vous avez subies et la liste chiffrée de tous les objets perdus ou endommagés. Vous pouvez lui fournir tous les justificatifs utiles : factures d’achat ou de réparation, actes notariés, contrats de location, expertises, témoignages, photos…

Un expert désigné par l’assureur fixera ensuite le montant des dommages en accord avec vous. Si les dégâts sont très importants, vous pouvez vous faire assister et conseiller par un expert de votre choix. Certes, son intervention a un coût, mais elle peut être utile.

 

Faut-il vous retourner contre votre voisin ?

L’arbre de votre voisin s’est abattu sur votre toit. Pour autant, vous ne pouvez pas tenir votre voisin pour responsable, car une telle tempête relève d’un cas de force majeure. En revanche, il revient au propriétaire de l’arbre de faire cesser le trouble de voisinage. Ainsi, il devra supporter les frais de tronçonnage et d’enlèvement.

Enfin, il peut être tenu pour responsable de la chute de l’arbre si ce dernier menaçait de tomber depuis plusieurs mois et que vous lui aviez demandé de le couper par lettre recommandée, par sommation d’huissier…

 

Gare aux réparations à tarif exorbitant !

Certains artisans risquent de profiter du passage de la tempête pour réclamer des tarifs prohibitifs pour effectuer les réparations. Attention, ce n’est pas parce que ces sommes seront prises en charge par votre assureur qu’il faut accepter n’importe quoi. Votre assureur risque d’ailleurs de refuser de prendre tout en charge s’il estime que le tarif dépasse les limites du raisonnable.

Autre conseil : exigez un devis détaillé avant toute intervention, et souvenez-vous que, même en cas d’urgence, le professionnel doit vous remettre un ordre de réparation constatant l’état des lieux.

D’après 60 millions de consommateurs