UFC QUE CHOISIR-HAUTE-LOIRE

Actualité

Démarchage : des vendeurs d’ENGIE dépassent les bornes…

De nombreux démarcheurs nous invitent à changer de fournisseur de gaz ou d’électricité. Mais certains utilisent de faux arguments ou se présentent comme vendeurs ENGIE …

 « Engie a racheté EDF, alors vous devez changer de contrat d’électricité. » Le mensonge est un peu gros, mais un démarcheur n’a visiblement pas hésité à l’utiliser. Engie, c’est le nouveau nom de GDF-Suez et non d’EDF.
Le groupe, qui propose toujours des abonnements au gaz, se montre très actif pour vendre aussi des contrats d’électricité. Pour ce faire, Engie s’est mis au porte-à-porte depuis 2014.

 

Des sous-traitants qui sillonnent les rues

 La société travaille avec des entreprises sous-traitantes, dont les démarcheurs sillonnent les rues pour proposer ses contrats :

Les démarcheurs d’Engie pourraient se contenter de vanter les mérites de son contrat d’électricité, et expliquer ses avantages par rapport à l’abonnement classique d’EDF – lequel reste la référence avec toujours 27 millions de clients résidentiels abonnés au tarif réglementé.

 
Certains démarcheurs le font. « J’ai été démarché par des personnes de chez Engie, raconte Michel, qui m’ont annoncé une économie de 8 % en moyenne » sur les consommations par rapport au tarif réglementé.
« Engie, c’est EDF, alors signez… »

 Mais d’autres démarcheurs font plus simple et mentent, présentant la signature de l’abonné comme obligatoire. « Ils vous endorment en vous expliquant qu’Engie, c’est EDF et que vous restez toujours client d’EDF », s’énerve Lydia.

« Ils ont dit à ma femme qu’EDF est devenue Engie et qu’il faut refaire un contrat », indique Thierry. « Un représentant d’Engie m’a expliqué qu’EDF ne s’occupait plus des particuliers et qu’il y avait un transfert obligatoire d’EDF vers Engie », témoigne Sarah. Bien sûr, rien de tout cela n’est vrai…

 

Un appel systématique d’Engie dans les 48 h ?

« S’il y a des indélicatesses, des sanctions sont prises immédiatement contre les vendeurs, se défend Engie. Lorsqu’il y a eu vente, la personne est systématiquement appelée sous quarante-huit heures pour vérifier qu’elle a bien donné son consentement. »
Mais aucune des personnes qui nous ont écrit ne nous a parlé de cet appel. Peut-être étaient-elles absentes quand le téléphone sonnait ?

 

Des malfaiteurs qui se font passer pour des vendeurs ENGIE:

A Marly-la-ville, une habitante nous relate son démarchage qui a mal tourné par des vendeurs sous traitants d’ENGIE.

« Cela s’est produit alors que je rentrais des courses avec mon bébé d’un an, jeudi 27 octobre vers 18 heures. Deux démarcheurs d’ENGIE, en réalité ceux d’un sous-traitant, étaient sur le pas de ma porte pour me vendre un contrat gaz. Je leur ai répondu que cela ne m’intéressait pas, qu’il fallait qu’ils partent, que je voulais rentrer chez moi. Ils me bloquaient l’accès. L’un des deux s’est énervé, est devenu agressif. Il m’a dit que s’ils étaient là, ce n’étaient pas par hasard, qu’il fallait que je reste et que j’écoute. Je lui ai alors demandé son nom et celui de sa société, il a refusé de me répondre. Ils avaient des badges ENGIE autour du cou. Je leur ai dit de dégager sinon j’appelais la police. Là, je me suis fait menacer, un vendeur a voulu me prendre mon téléphone.  ». Avec l’aide d’un voisin, elle a réussi à intégrer son logement et a appeler la police. Les vendeurs ont été interpellés par les forces de l’ordre. La société sous-traitante s’est expliquant en invoquant le vol de la carte d’accréditation par des malfaiteurs à l’un de ses employés.

 

Effectivement, certaines personnes peu scrupuleuses veulent utiliser ce genre de cartes pour vous soustraire de l’argent.

 

Des antériorités en la matière :

Ces scénarios sont échos à une audience correctionnelle du tribunal de grande instance de Valenciennes : le 28 juin, un démarcheur avait été condamné à trois mois de prison avec sursis, parce qu’il s’était, avec trois collègues, imposé chez une femme enceinte de six mois et lui avait volé son téléphone portable. C’était le 22 janvier 2015 à Quiévrechain. Ils avaient demandé à boire, elle les avait accueillis et servis.

 

Vous pourrez toujours revenir à votre ancien fournisseur :

Ces dérapages montrent en tout cas qu’Engie doit encore améliorer son dispositif. Rappelons aux clients mécontents qu’il est toujours possible de faire marche arrière. Le délai de rétractation est de quatorze jours.
Au-delà de ce délai, le changement de fournisseur reste possible et sans frais. Mais il vous faudra payer l’électricité que vous avez consommée chez Engie pendant les quelques jours où vous avez été son client involontaire.

D’après 60 millions de consommateurs