UFC QUE CHOISIR-HAUTE-LOIRE

Actualité, Assurances - Banques - Organismes de crédits.

FRAIS BANCAIRES A L’ETRANGER : EVITEZ LES MAUVAISES SURPRISES

En cette période de vacances ou certains de nos compatriotes choisissent de quitter l’hexagone, il est opportun de revenir sur ce sujet… surtout pour ceux qui voyagent hors de l’Europe.

Disposer d’une carte bancaire internationale : Visa premium, Mastercard,… ne résout pas tous les problèmes de paiement à l’étranger.

Pour ceux qui en possèdent une, mais aussi pour les autres, afin d’éviter de mauvaises surprises à son retour, il vaut mieux s’informer avant le départ.

Cela concerne tous les moyens de paiement par carte ou devises des pays visités.

Pas de frais dans la zone euro

Dans la zone euro, tout est harmonisé à savoir qu’il est interdit à toute banque de prélever des frais supplémentaires pour un paiement ou un retrait effectué dans un autre pays européen.

Devises ou carte bancaire

En dehors de la zone euro, ces deux types de paiement ont chacun leurs adeptes, mais alors comment faire son choix ?

‑ Le « tout devises »

Il y a deux solutions pour obtenir les devises de la destination du ou des pays concernés : les acheter avant de partir ou faire du change sur place.

Achat de devises à sa banque avant le départ – C’est une possibilité mais il faut savoir deux choses :

  • Votre banque n’a pas de stock permanent de toutes les monnaies étrangères, il faudra prévoir un délai suffisant pour qu’elle puise vous les obtenir.
  • Elle va vous facturer des frais de change pas forcément avantageux par rapport à un change opéré dans le pays de votre destination.

J’ai un exemple personnel avec un déplacement récent en Suisse (donc hors zone euro) ou ma banque (le Crédit Agricole) me proposait 1,03 Franc Suisse pour 1 euro alors que le taux de change officiel était de 1,09 et qu’une somme forfaitaire de quelques euros me serait en plus facturée.  Je n’ai pas fait cette opération mais retiré des euros pour faire du change sur place.

Le taux de change dans la plupart des pays (nous y reviendrons) est entre 2 et 3 %, il faut donc le comparer à la proposition faite par votre banque (défavorable dans mon cas personnel).

Dans certaines banques ou les frais d’opération et de change sont faibles, cette solution peut s’avérer intéressante.

Il n’est pas toujours possible d’obtenir des devises étrangères pour certains pays ou il n’y a pas de cours légal en dehors de leurs frontières.

Change sur place :

C’est une autre possibilité qui vous oblige à emmener des liquidités avec les risques de perte ou vol.  Sur place, il faut bien choisir son bureau de change car les conditions peuvent être très différentes d’un bureau à l’autre .

En règle générale, il faut si possible éviter les bureaux de change des aéroports qui pratiquent des commissions très importantes.

Ne pas hésiter à s’informer sur les bureaux les plus intéressants. Pour revenir à mon cas personnel, on m’avait conseillé la Poste Suisse ou j’ai obtenu 1, 07 Franc Suisse pour un euro

(au lieu de 1,03 à ma banque), soit une commission classique  de 2% sans frais fixes.

‑ La carte bancaire :

Cela suppose d’avoir une carte bancaire internationale et la plupart des pays offrent cette possibilité de paiement. L’utilisation chez les commerçants est aujourd’hui comparable à celle faite en France avec l’utilisation du Terminal de Paiement Électronique (TPE) et la nécessité de taper son code confidentiel, les « fers à repasser » ont disparu. En dehors des banques en ligne, la plupart des banques facturent des frais plus élevés sur les retraits que sur les paiements.

Pour les paiements par carte, les frais sont en moyenne de 2% comparables aux frais de change mais peut s’y ajouter des frais fixes quelque soit le montant de l’opération. Par exemple, un retrait de l’équivalent en monnaie locale de 100 € peut vous coûter 5 € : 2 € de frais proportionnels + 3 € de frais fixes.

Il importe la aussi de consulter sa banque et surtout la plaquette tarifaire qu’elle doit vous remettre en chaque début d’année.

Y-a t-il des astuces ?

Des cartes bancaires spéciales :

Les formules internationales de certaines banques proposent des cartes avec exonération totale ou partielle des frais de paiement ou retrait à l’étranger.

Hormis pour les jeunes avec des tarifs préférentiels, ces cartes sont beaucoup plus chères mais peuvent s’avérer rentables pour des personnes qui voyagent souvent à l’étranger hors Europe.

‑ Une seconde carte :

Certaines cartes notamment délivrées par les bourses en ligne sont gratuites et ont des frais à l’international plutôt faibles.

Posséder deux cartes à l’étranger peut être un avantage en cas de perte ou vol.

Quels conseils ?

‑ S’informer au maximum auprès de sa banque, de son voyagiste ou par tout autre moyen : routard, amis avec expérience,…

‑ Pour l’argent liquide, privilégier le change sur place dans une banque plutôt qu’un aéroport, un hôtel non sans avoir comparer les offres.

‑ Pour la carte bancaire, privilégier le paiement par rapport au retrait.

 

UFC Que Choisir 43 – Henri OLLIER