UFC QUE CHOISIR-HAUTE-LOIRE

Santé - Médecine - Hygiène.

Enfants et écrans : quelques conseils pratiques pour les parents

Publié le 02 octobre 2018 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Votre enfant regarde souvent la télévision ou réclame, après l’école, la tablette ou votre Smartphone pour regarder ses programmes favoris ou faire des jeux ? Quelle attitude adopter en tant que parents ? Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) vous répond !

Avant 3 ans

Selon le CSA, la télévision n’est pas adaptée aux enfants de moins de 3 ans, le développement d’un jeune enfant passant par la motricité et la capacité à interagir avec les objets (jouets, par exemple) qu’il rencontre et les adultes qui l’entourent (parents, frères et sœurs par exemple). En effet, la télévision risque d’enfermer les enfants dans un statut de spectateurs à un moment où ils doivent apprendre à devenir des acteurs du monde qui les entourent.

Le CSA précise également que, lorsque des enfants de moins de 3 ans regardent néanmoins la télévision, ils ne comprennent pas les informations reçues (images et sons) ce qui peut nuire à leur développement et contribuer à leur agitation.

Entre 3 et 6 ans

À partir de 3 ans, il existe des émissions qui peuvent stimuler certaines capacités de l’enfant (mémoire ou reconnaissance des lettres de l’alphabet par exemple). Mais attention à la durée dit le CSA ! En effet, 10 minutes passées devant un écran de télévision représentent déjà un temps de concentration élevé. Il est donc conseillé :

  • de privilégier des sessions courtes, avec la possibilité de revoir plusieurs fois le même programme ;
  • d’éviter de zapper entre plusieurs émissions.

Entre 6 et 10 ans

À partir de 6 ans, les enfants sont en capacité de mieux comprendre le réel. Ils pourraient néanmoins vouloir imiter ce qu’ils ont vu, d’où la nécessité de leur expliquer de ne pas reproduire forcément ce qui est vu à la télévision.

Attention également à respecter la sensibilité des enfants en privilégiant des programmes spécifiques à leur âge (animation, films pour enfants, émissions éducatives ou documentaires), tout en limitant la durée des séances et en choisissant avec eux les émissions. Dans la mesure du possible, essayez aussi, en tant que parents, de regarder la télévision avec vos enfants.

Après 10 ans

À cet âge, les enfants veulent souvent accéder de manière plus autonomes aux images, il est donc important de les accompagner dans le choix de ces programmes pour les aider à devenir des téléspectateurs actifs.

Et si les adolescents souhaitent parfois visionner des contenus violents qui peuvent être facilement accessibles, maintenez le dialogue avec eux tout en continuant à leur apprendre à choisir les programmes les plus adaptés à leur âge.

 

Comment limiter le temps passé devant l’écran ?

De manière générale, faites en sorte que votre enfant ne passe pas quotidiennement un temps excessif devant la télévision.

  • Pour cela, évitez d’installer la télévision dans la chambre de l’enfant. Cela contribue à l’isoler de la vie familiale et vous empêche de savoir ce qu’il regarde.
  • Evitez également que votre enfant ne pratique trop le « zapping » d’un programme à l’autre : choisissez plutôt un moment précis pour qu’il regarde la télévision et favorisez le visionnage d’un programme en entier plutôt que de couper l’histoire.
  • Prenez soin du confort de visionnage de votre enfant en favorisant de bonnes conditions d’éclairage et de distance.
  • Enfin, n’oubliez pas de réserver des moments d’échange en famille sans écrans (jeux, repas, discussions, sorties, etc.)

Protéger les enfants des contenus inappropriés.

Quels sont les risques des programmes violents ou choquants pour vos enfants et comment les repérer ?

À la télévision, nos enfants ne voient pas la même chose que nous et l’exposition aux contenus violents ou choquants peut engendrer chez eux des troubles multiples mais pas toujours visibles :

  • difficultés à s’endormir
  • cauchemars
  • angoisses
  • banalisation de la violence
  • agressivité.

Même si votre enfant ne manifeste aucune peur sur le moment, celle-ci peut ressurgir dans diverses situations, par exemple dans le noir ou dans son sommeil. Il est important que vous sachiez en repérer les signes, différents d’une enfant à l’autre, et que vous pensiez à faire le lien éventuel avec des images choquantes qu’il aurait pu voir.

UFC Que Choisir de Haute-Loire d’après servicepublic.fr et le CSA